Restez en Contact
en vous inscrivant à la newsletter

  • Informations et Actualités
  • Offres privilèges en exclusivité
  • Nouveautés autour de la Diététique
Retour
Connaissez-vous l'acide fulvique?

Connaissez-vous l'acide fulvique?

Connaissez-vous l’acide fulvique ?


Je suppose que, comme moi il y a encore quelques mois, vous n’avez encore jamais entendu parler de l’acide fulvique….Et pourtant, après l’oxygène et l’eau, c’est certainement l’une des substances les plus vitales pour notre organisme.

Encore très mal compris des scientifiques, et non synthétisable par la chimie (donc pas de brevet à déposer…), l’acide fulvique fait pourtant parler de lui au travers de très nombreuses études qui montrent ses bienfaits incontestables. J’en reparlerai plus tard.

Avant je voudrais vous résumer sa petite histoire, vous expliquer d’où il vient et pourquoi il est très probablement LE chainon manquant dans notre alimentation, ce qui expliquerait en grande partie pourquoi il y a autant de maladies chroniques dites de civilisation.

 

Alors, d’où vient-il ?


Si vous n’avez jamais entendu parler d’acide fulvique, vous avez sans aucun doute entendu parler d’humus….L’humus est la couche supérieure du sol créée par la décomposition de la matière organique, grâce à l’action combinée de bactéries, de champignons et d’animaux, le tout étant naturellement présent dans le sol, du moins quand celui-ci est sain…

L’humus est une matière biologique active ; et grâce à cet humus, les plantes peuvent être correctement nourries, via leurs racines qui vont absorber les différents nutriments du sol, rendus assimilables par la décomposition de la matière organique. Ces différents éléments sont essentiels pour la croissance harmonieuse des végétaux, dont vont ensuite se nourrir les animaux, et l’homme.

Hélas les pratiques agricoles modernes, comme l’utilisation des pesticides et des engrais, causent la destruction de cet humus ; tout comme les labours intensifs qui enfouissent l’humus et provoquent la minéralisation trop rapide de la matière organique ; ou comme les pâturages intensifs. Les végétaux ne sont donc plus correctement nourris. Un sol malade rend les végétaux malades ; et des végétaux malades rendent les animaux, et puis les hommes, malades…

Heureusement, il existe des « réservoirs » d’humus : les tourbières. La tourbe est un humus formé en anaérobiose (en absence d’oxygène). La tourbe est connue notamment pour ses usages agricoles, mais nous allons voir que certaines tourbières sont aujourd’hui exploitées pour améliorer la santé humaine…

L’humus, donc la tourbe est riche en acides humiques.

Les acides humiques sont les fractions les plus importantes de l’humus ; et parmi les acides humiques, il y a l’acide fulvique…

 

Alors, l’acide fulvique, c’est quoi au juste ?


L’acide fulvique, comme son nom l’indique, est un acide organique puissant. Ses groupements acides de type carboxyle lui confèrent la propriété d’attirer diverses substances.

 C’est aussi un super électrolyte càd une substance soluble dans l’eau ou autre milieu, capable de conduire le courant électrique. Un électrolyte permet ainsi de restaurer le potentiel électrique d’une cellule. Or le bien-être physique des plantes, des animaux ou des humains est déterminé par des potentiels électriques appropriés, particulièrement au niveau de certaines cellules, comme les cellules cardiaques, musculaires ou nerveuses dans le monde animal ; on parle de potentiel d’action. En cas de perte d’équilibre de ce potentiel d’action, ce qui peut arriver en cas de stress, d’alimentation déséquilibrée, de manque de sommeil ou d’un choc, les cellules peuvent se rompre.

L’acide fulvique favorise l’équilibre électrochimique en tant que donneur ou d’accepteur d’électrons, en fonction des exigences de la cellule pour rester en équilibre. Or les flux d’électrons à l’intérieur de la cellule sont déterminants pour le fonctionnement cellulaire.      

C’est un peu compliqué, je l’admets…

Une propriété plus simple à comprendre de l’acide fulvique est qu’il « chélate » des minéraux, des métaux et éléments traces naturellement présents dans le sol et qu’il les transforme en formes assimilables et biodisponibles pour la cellule. Il dissout aussi la silice. Sa taille nanométrique lui permet de traverser facilement les membranes cellulaires. Ces propriétés sont valables dans le monde végétal, mais aussi dans le monde animal.

On peut en quelque sorte le considérer comme un « transporteur » hors pair, grâce à ses propriétés d’électrolyte ; il transporte des minéraux, oligoéléments et vitamines à l’intérieur de la cellule. On pourrait donc dire que l’acide fulvique prépare les nutriments à réagir favorablement avec la cellule. Et comme l’acide fulvique vient du sol, il amène avec lui, en plus des vitamines et minéraux, d’autres éléments comme des bactéries probiotiques ou encore des acides gras.

 Et dans l’autre sens il va « chélater » différents déchets, comme les métaux lourds, les résidus de pesticides ou encore des radicaux libres, en les rendant plus solubles pour être évacués du corps.

Vous l’aurez compris, si on tient compte de ces différentes propriétés originales de l’acide fulvique, le chainon manquant de notre alimentation, on peut facilement comprendre que celui-ci va pouvoir intervenir en optimisant différents systèmes. Il est actuellement connu que l’acide fulvique présente certains bénéfices essentiels :

  • Il a des propriétés anti-inflammatoires hors pair
  • Il a un effet régénérateur cellulaire, notamment au niveau de la peau
  • C’est un régulateur hormonal
  • C’est un chélateur des métaux lourds
  • Il équilibre les fonctions immunitaires et les fonctions intestinales
  • Il contribue à l’équilibre acido-basique

Mais ce n’est pas un médicament, il n’a pas la prétention de guérir les maladies et ne se substitue en aucun cas à un traitement ou suivi médical. C’est « juste » un complément alimentaire puissant, qui peut aider le corps à retrouver un fonctionnement et un métabolisme plus opérationnels. Comme pourraient aussi y contribuer une bonne oxygénation, une bonne hydratation, une bonne alimentation, associées à une bonne hygiène émotionnelle….l’acide fulvique intervient principalement pour pallier aux différentes carences nutritionnelles liées notamment à notre alimentation déséquilibrée et  au stress, et pour désengorger notre organisme des différentes substances toxiques qui se stockent au fil des années. On peut facilement comprendre qu’un organisme « nettoyé » de ses déchets d’une part et bien nourri d’autre part va pouvoir fonctionner plus correctement…

 

Où trouver l’acide fulvique ?


Une toute jeune société canadienne, Black Oxygen Organics, fondée par Marc Saint Onge, thérapeute ostéopathe, propose une version comestible de l’acide fulvique. L’acide fulvique de la société BOO est issu de tourbières canadiennes vieilles de 60.000 ans. C’est un compost naturel, qui contient donc l’information de plus de 1500 plantes, dont certaines n’existent plus aujourd’hui. C’est ce qui lui confère toutes ses propriétés. L’acide fulvique est extrait de ces tourbières en hiver, quand la nature dort, à 30 mètres de profondeur, afin de ne pas détruire la nature. Les techniques utilisées permettent d’extraire l’acide fulvique en le séparant de la pulpe de la tourbe, qui est ensuite restituée à la tourbière.

Actuellement en cours d’homologation pour l’Europe, l’acide fulvique est cependant déjà disponible !

https://blackoxygenorganics.com/fr/cuisineetdecouvertes

Si vous désirez en savoir plus, vous pouvez vous inscrire pour suivre des webinaires d’information, qui ont lieu tous les lundis à 20 H 30 !

Pour vous inscrire au webinaire :

https://zoom.us/meeting/register/u5Yrce-trjovVjRJDhC4UFihTD23Hmlaeg